Protéger


  • Publié le 27 novembre 2019 par Diane Moreau, mis à jour le 24 avril 2020

Protéger la zone de l’accident et la victime

Suite à un accident venant de se produire, la première des choses à faire est de PROTÉGER.

Mais que signifie exactement protéger dans cette situation ?

Il faut s’assurer qu’aucun danger n’est susceptible de causer un suraccident, en protégeant la zone de l’accident, les victimes et également vous-même.

Les premières actions à effectuer sont de :

  • Ralentir et allumer les feux de détresse
  • Se stationner sur la bande d’arrêt d’urgence (s'il y en a une)
Gilet de haute visibilité

En cas d’accident, vous devez enfiler un gilet de haute visibilité, de jour comme de nuit. Le gilet doit toujours être placé à portée de main du conducteur pour que celui-ci puisse l’enfiler avant sa sortie du véhicule

triangle de présignalisation

Le triangle de présignalisation doit être placé à 30 mètres en amont de l’accident. Pour des raisons de sécurité, il ne faut pas placer le triangle de présignalisation sur autoroute

interdiction de fumer

Attention, il est important de ne pas fumer et de s’assurer que personne ne fume

De manière générale, il faut faire en sorte d’éviter les risques de suraccident en observant l’environnement et en déterminant les éléments à risque. Si possible, et s’il n’y a pas de risque pour votre sécurité, il vous faut éliminer ce qui pourrait provoquer un suraccident (par exemple, couper le contact du véhicule accidenté).

Évaluer l’état de la victime

Une fois les lieux sécurisés, vous pouvez évaluer rapidement l’état de santé de la victime en essayant de savoir si :

  • La victime est consciente
  • La victime respire
  • La victime a un rythme cardiaque
conscience

Évaluer l’état de conscience : une victime a perdu conscience si elle ne répond pas aux questions qui lui sont posées, qu’elle reste immobile, mais qu’elle respire encore. Pour effectuer le diagnostic, posez des questions simples (“Est-ce que vous m’entendez ?”) ou bien demandez-lui de vous serrer la main. Si la victime ne réagit pas, c’est qu’elle est inconsciente

poumons

Évaluer la respiration : pour diagnostiquer un arrêt respiratoire, il faut positionner la victime sur le dos et dégager les voies aériennes. Essayez d’écouter des sons provoqués par la respiration, de sentir l’air à l’expiration ou bien de constater que le ventre et la poitrine se soulèvent

rythme cardiaque

Évaluer l’arrêt cardiaque : pour diagnostiquer un arrêt cardiaque, il faut prendre le pouls de la victime au niveau du poignet ou du cou

Dégagement de la victime

Suite à un accident, il faut éviter de déplacer une victime. Cela peut être dangereux pour elle et pour vous-même.

Cependant, si la victime ne peut se soustraire d’elle-même d’un danger réel, immédiat et non contrôlable, le dégagement d’urgence peut être effectué.

Les dégagements d’urgence doivent rester exceptionnels et être pratiqués uniquement lorsque la victime ne peut se soustraire d’elle-même.

casque

Attention : il ne faut jamais retirer le casque d’un motard

Si le dégagement de la victime s’avère impossible, il faut immédiatement passer à l’action suivante, à savoir : alerter les secours.

Vous devez être un élève premium pour accéder aux QCM, suivre votre progression et valider ce cours

Se connecter