L’acuité visuelle nécessaire au Code de la route


  • Publié le 04 septembre 2021 par Diane Moreau

L'acuité visuelle représente la capacité du conducteur à voir nettement en vision de loin. Cette mesure de la vision est très importante, car elle permet à tout candidat de savoir si celui-ci est apte à conduire ou non. Une acuité binoculaire de 5/10ème minimum est exigé pour pouvoir conduire. En cas de port d'un dispositif de correction de la vue, la mention 01 est apposée sur le permis de conduire et oblige le conducteur à présenter ce dispositif en cas de contrôle de police.

Sommaire :

Qu'est-ce que l'acuité visuelle ?

L'acuité visuelle permet de mesurer la qualité de la vision de loin d'un individu. En général, on la mesure chez un ophtalmologue ou chez un opticien.

L'examen médical consiste à lire des lettres de différentes tailles, exposées à quelques mètres de la personne testée. Ces lettres sont souvent noires sur un fond blanc.

En fonction du nombre de lettres que réussit à lire le patient, on peut déterminer son acuité visuelle qui donne une indication sur la qualité de la vue de loin. Celle-ci se mesure en dixième.

Avoir une bonne acuité visuelle fait partie des capacités physiques nécessaires pour conduire.

L'acuité visuelle nécessaire pour conduire

Acuité visuelle binoculaire requise

L'acuité visuelle binoculaire est l'acuité que possèdent les deux yeux. Si l'un des deux yeux à une acuité nulle, alors l'acuité visuelle binoculaire correspond à celle de l'œil valide.

Au Code de la route, pour pouvoir obtenir le permis B (auto) ou A (moto), il est exigé d'avoir au minimum une acuité visuelle de 5/10ème pour l'ensemble des deux yeux. Autrement dit, l'acuité visuelle binoculaire doit être de 5/10ème.

Si l'un des deux yeux a une acuité visuelle inférieure à 1/10ème, ou que le candidat est borgne, l'autre œil doit avoir au moins 5/10ème pour que le candidat soit autorisé à conduire.

Acuité visuelle minimale au Code de la route pour pouvoir conduire

Bien évidemment, si un candidat présente un défaut visuel, ces mesures sont prises en compte après correction de la vue avec des lunettes possédant des verres correcteurs ou des lentilles.

Déficiences visuelles au Code de la route

En fonction de sa déficience visuelle, un candidat pourra être autorisé ou non à conduire.

Champ visuel

Une exigence existe au niveau du champ visuel. Le champ visuel binoculaire horizontal du conducteur ne doit pas être inférieur à 120°.

Vision nocturne

Certaines personnes peuvent avoir un handicap au niveau de la vision nocturne. Dans ce cas-là, la conduite de nuit leur est interdite pour assurer leur sécurité, mais aussi celle des autres usagers de la route. Pour qu'elles puissent tout de même conduire de jour, la mention restrictive « conduite de jour uniquement » peut être apposée sur leur permis de conduire après un examen médical

Vision crépusculaire et sensibilité à l'éblouissement

La vision crépusculaire correspond à une baisse de l'acuité visuelle dès que la lumière du jour diminue. En cas de défaut visuel, la vision crépusculaire ou de sensibilité à l'éblouissement pourra être mesurée par un médecin.

Le daltonisme

La non-perception des couleurs, comme le daltonisme, n'interdit pas la conduite d'un véhicule. Aucune restriction de conduite n'existe pour les daltoniens.

Autres déficiences oculaires

Pour les autres déficiences oculaires, l'avis d'un médecin spécialisé est nécessaire pour déterminer si une personne est autorisée à conduire. Si l'un des deux yeux perd brutalement la vision, le conducteur devra attendre 6 mois avant de pouvoir reconduire.

Est-ce que je peux conduire avec un seul œil ?

Si un conducteur est borgne, celui-ci a la possibilité de conduire tant que l'œil valide à une acuité visuelle d'au moins 5/10ème. Il est donc possible de conduire avec un seul œil tant que la perte de l'autre remonte à plus de 6 mois.

Absence du dispositif de correction de la vue et sanctions

Si vous avez besoin de porter un dispositif de la vue pour pouvoir conduire, la mention "01" est alors indiquée sur le verso du permis de conduire. Avec cette mention, il vous est alors obligatoire de porter un dispositif (lunettes ou lentilles), dès que vous prenez le volant.

L'acuité visuelle au Code de la route est une notion prise très au sérieux. En effet, il est primordial pour les conducteurs de pouvoir distinguer correctement toutes les informations visuelles et les indices à interpréter lors de la conduite.

C'est pour cette raison que la taille des panneaux varie en fonction de si l'usager circule en agglomération ou hors agglomération. Avec une acuité visuelle de 10/10, un panneau situé en agglomération est visible à partir de 50 mètres et hors agglomération à partir de 150 mètres.

Risques liés au non-port du dispositif de correction

Le non-port du dispositif de correction est très dangereux pour un conducteur et également pour les autres usagers de la route. En conduite, une bonne vue permet de distinguer les informations du tableau de bord, mais également toutes les informations présentes au loin. Un usager avec une bonne acuité visuelle distinguera mieux les détails et l'évaluation des vitesses.

La vue peut s'altérer avec l'âge, il est donc important de la faire contrôler régulièrement. Une visite chez un médecin est à réaliser au plus vite si vous sentez une baisse de la vision de loin ou tout autre symptôme lié à votre vue.

Pour assurer la sécurité routière, chaque automobiliste est responsable de faire contrôler sa vision régulièrement.

Sanctions

En cas de non-port des verres correcteurs ou de lentille, mentionné sur le permis de conduire, un conducteur risque une perte de 3 points sur son permis de conduire ainsi qu'une amende de 135 €.

Les risques sont beaucoup plus lourds en cas d'accident responsable, notamment au niveau de l'assurance qui pourrait ne pas indemniser le conducteur ainsi que les dégâts subis par son véhicule. Par contre, l'assureur couvrira obligatoirement les dommages faits aux tiers.