Le téléphone portable au volant : règles et sanctions


  • Publié le 04 septembre 2021 par Diane Moreau

L'utilisation du téléphone portable au volant est une infraction sévèrement sanctionnée au Code de la route. Celle-ci peut entrainer un retrait de 3 points, une amende de 135 € et dans certaines conditions un retrait de permis. Conduire avec le téléphone en main est un comportement très dangereux et est responsable de nombreux accidents corporels. En France, le seul moyen pour téléphoner au volant est d'utiliser un dispositif Bluetooth intégré au véhicule. Attention cependant, car les risques liés au manque de concentration du conducteur restent présents.

Sommaire :

Réglementation de l'utilisation du téléphone au volant

L'utilisation du téléphone portable au volant représente une source de distraction qui a un impact direct sur la concentration du conducteur et peut l'obliger à quitter la route des yeux. En plus d'être très dangereuse, l'utilisation du téléphone au volant est formellement interdite.

L'interdiction concerne bien évidemment le fait d'avoir le téléphone en main au volant, mais également l'utilisation de dispositifs dits « main-libre » tels que des oreillettes, un kit mains libres, des écouteurs sans fil ou encore un casque.

Tous ces appareils sont strictement interdits pendant la conduite, que ce soit pour passer un appel ou pour écouter de la musique.

Attention, l'interdiction d'utiliser le téléphone est aussi valable lorsque le véhicule est à l'arrêt sur une voie de circulation : à un feu rouge ou dans les embouteillages par exemple.

Pour prendre ou passer un appel urgent, un usager doit s'arrêter sur une place de stationnement ou utiliser la technologie Bluetooth disponible dans son véhicule.

Utilisation du téléphone portable au volant

Comment peut-on téléphoner en voiture ?

Bluetooth au volant

En France, le dispositif Bluetooth intégré au véhicule est le seul moyen autorisé pour passer un appel téléphonique en conduisant.

En effet, cette technologie est directement intégrée au véhicule et facilite la prise des appels sans que le conducteur ait à quitter la route des yeux. Des commandes de gestion des appels sont souvent présentes directement sur le volant de l'automobiliste.

Dans le cas des motos, un dispositif directement intégré au casque est également autorisé.

Attention, même si le téléphone n'est pas tenu en main, le risque d'accident est tout de même supérieur par rapport à un usager qui ne serait pas en conversation téléphonique. Même si le conducteur ne quitte pas la route des yeux, téléphoner reste une source de distraction et l'attention au volant diminue.

Les risques de téléphoner en conduisant

Une conversation téléphonique détourne l'attention du conducteur et entraine l'augmentation de son temps de réaction ainsi que le rétrécissement de son champ visuel. Cela est également le cas lorsque l'automobiliste a une discussion animée avec l'un des passagers. De plus, consulter un message sur son téléphone oblige le conducteur à quitter la route des yeux pendant plusieurs secondes.

Les risques de téléphoner en conduisant sont donc bien réels, car le conducteur peut réagir moins vite à un évènement imprévu et moins bien distinguer les informations visuelles de son champ de vision périphérique.

Tout comme manger en conduisant ou fumer au volant, le fait d'avoir le téléphone en main ne permet pas au conducteur d'être en capacité de réagir rapidement. Ainsi, téléphoner en conduisant multiplie le risque d'accident par 3 !

Blessé téléphone au volant

Selon la Sécurité routière, l'utilisation du téléphone au volant serait responsable d'un accident corporel sur 10.

Les sanctions du téléphone au volant

L'usage du téléphone au volant est une infraction de quatrième classe, sanctionnée par une amende de 135 € et un retrait de 3 points sur le permis de conduire.

Attention, si l'usager commet une autre infraction en même temps que celle de l'utilisation du téléphone en main, les sanctions peuvent être plus lourdes.

Si un usager tient son téléphone en main et qu'il commet en même temps une autre infraction au Code de la route, comme le non-respect des feux de signalisation, celui-ci risque un retrait de permis. En effet, les forces de l'ordre ont alors la possibilité d'effectuer une rétention du permis de conduire pour une durée de 72h maximum.

À la suite de cette période, le préfet peut décider d'une suspension de permis de conduire à l'encontre du conducteur verbalisé. La suspension du permis de conduire pourra aller jusqu'à un an en cas d'alcoolémie positive ou encore d'usage de stupéfiants.

Utiliser son téléphone portable au volant est donc lourdement sanctionné et peut conduire dans certains cas à un retrait de permis.

Récupération des points perdus

Les 3 points perdus sur le permis suite à l'utilisation du téléphone peuvent être récupérés de différentes façons.

Pour les permis probatoires

En permis probatoire, la perte d'au moins 3 points simultanément sur le permis de conduire entraine l'obligation de réaliser un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

Le délai pour réaliser ce stage est de 4 mois. Une fois le stage réalisé, 4 points pourront être récupérés sur le permis de conduire.

Pour les conducteurs expérimentés

Pour les conducteurs expérimentés, les points perdus pour une infraction de quatrième classe peuvent être récupérés avec l'une des deux façons suivantes :

  • Les points sont récupérés automatiquement si aucune autre infraction n'est commise durant 3 ans
  • Les points peuvent être récupérés en effectuant un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Ce stage peut être réalisé une seule fois par an et permet de récupérer 4 points