Le partage de la route entre usagers


  • Publié le 01 novembre 2021 par Sébastien Depardieu

Différents types d'aménagements sont prévus afin d'améliorer localement le partage de la route et la sécurité des usagers vulnérables. Par exemple, les aires piétonnes sont pensées pour les piétons et les pistes cyclables sont prévues pour les cyclistes. De plus, pour améliorer la cohabitation entre les automobilistes et les deux roues sur les voies rapides, le gouvernement a mis en place une expérimentation sur la circulation interfiles dans plusieurs départements.

Sommaire :

Les zones apaisées

Différents usagers circulent sur la chaussée, que ce soit des voitures, des motos, des piétons ou encore des vélos. Afin de favoriser la cohabitation, des règles précises ont été créées dans le but de faciliter le partage de la route et de protéger les usagers vulnérables.

En agglomération, les personnes tuées représentent environ 3 tués sur 10, soit 30%. Parmi ces personnes tuées, on dénombre surtout des piétons, des cyclistes et des motards.

Pour améliorer la sécurité et le confort des usagers, des zones apaisées ont été créées, ce qui permet d'améliorer le partage de la route.

Les zones de rencontres

Panneau d'entrée dans une zone de rencontre

Ce panneau indique une zone de rencontre : tous les usagers peuvent y circuler à 20 km/h maximum. Le but d'une zone de rencontre est de faire cohabiter plusieurs catégories d'usagers (automobilistes, bus, piétons, cyclistes, etc.) de manière apaisée.

De la même manière que les zones 30, toutes les rues des zones de rencontre sont à double sens de circulation pour les cyclistes et les conducteurs d'engins de déplacement personnel motorisés (EDPM). Les autorités locales ont cependant la possibilité de mettre certaines rues en sens unique si le double sens s'avère être dangereux.

Dans une zone de rencontre, les piétons sont prioritaires et peuvent circuler sur toute la chaussée.

Les aires piétonnes

Panneau d’entrée dans une aire piétonne

Ce panneau de signalisation indique une aire piétonne. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une zone prévue pour les piétons, à la fois pour leur sécurité et pour leur confort.

Dans une aire piétonne, les piétons sont prioritaires sur tous les autres usagers, sauf sur les tramways. Ils ont également la possibilité de marcher où ils le souhaitent, y compris la chaussée.

Les cyclistes et les utilisateurs d'EDPM peuvent également y circuler, à condition de rouler à l'allure du pas et de ne pas gêner les passants.

Les voitures ne sont, quant à elles, pas autorisées dans une zone de rencontre, sauf pour les dessertes locales.

Les voies réservées aux cyclistes

Deux types de voies sont réservées aux vélos : les bandes cyclables et les pistes cyclables.

La différence entre une bande et une piste cyclable est à connaître :

  • Une bande cyclable est voie destinée aux cyclistes qui n'est pas séparée physiquement de la chaussée (délimitation avec de la peinture par exemple)
  • Une piste cyclable est voie destinée aux cyclistes qui est physiquement séparée de la chaussée (petit trottoir, barrière...)

Les conducteurs d'EDPM peuvent également utiliser les bandes et les pistes cyclables.

Lorsqu'un usager circule sur ce type de voie, celui-ci doit respecter les règles du Code de la route. Par exemple, il doit respecter:

  • Les feux tricolores
  • Les priorités à droite
  • Les priorités aux passages cloutés
  • Les panneaux et les marquages au sol

La signalisation de ces voies réservées

Panneau bande ou piste cyclable obligatoire

Ce panneau indique la présence d'une piste ou bande cyclable. Lorsque ce panneau est présent, les cyclistes doivent obligatoirement l'emprunter.

Panneau bande ou piste cyclable conseillée

Ce panneau indique la présence d'une piste ou bande cyclable. Lorsque ce panneau est présent, les cyclistes peuvent l'emprunter, mais ils n'y sont pas obligés. S'ils le souhaitent, ils peuvent rouler sur la chaussée.

Panonceau bande ou piste cyclable autorisée aux cyclomoteurs

Les bandes et pistes cyclables peuvent également être autorisées aux cyclomoteurs. Lorsque c'est le cas, un panonceau le précise.

Expérimentation de la circulation interfiles

La circulation interfiles est interdite par le Code de la route. Néanmoins, malgré cette interdiction, c'est une pratique répandue lorsqu'il y a des d'embouteillages sur la route.

La circulation interfiles peut être pratiquée par un deux roues ou un trois roues motorisées et consiste à circuler entre deux voies de circulation. Cela permet aux motos de remonter les files de véhicules lors de bouchons et ainsi de rouler plus vite.

Circulation interfiles

Le gouvernement a décidé de réaliser une expérimentation sur la circulation interfiles afin de déterminer s'il est possible d'intégrer ce mode de déplacement dans le Code de la route. L'objectif est de réglementer cette pratique afin de réduire le risque d'accident lorsque des motos circulent en interfiles. Cette expérimentation a débuté en aout 2021 et devrait durer 3 ans.

Pour que cette expérimentation se passe le mieux possible, une réglementation spécifique a été mise en place. On peut notamment noter les critères d'application et les principales règles que les motards doivent respecter afin que la circulation interfiles leur soit autorisée :

  • Uniquement 21 départements participent à cet essai
  • La vitesse des véhicules sur les voies ne doit pas dépasser 50 km/h
  • La route doit être limitée à 70 km/h ou plus et posséder un terre-plein central
  • Les motos doivent rouler au maximum à 50 km/h
  • La circulation interfiles n'est possible qu'entre les deux voies les plus à gauche

Les automobilistes sont également impliqués par cette expérimentation qui a pour objectif d'améliorer le partage de la route et la sécurité routière des deux roues. En effet, ils doivent être vigilants aux motos circulant en interfiles et être particulièrement prudents lorsqu'ils souhaitent changer de voie.

Vous devez être un élève premium pour accéder aux QCM, suivre votre progression et valider ce cours

Se connecter