Comment conduire la nuit ?


  • Publié le 02 octobre 2021 par Diane Moreau

La conduite de nuit présente des risques supplémentaires par rapport à la conduite de jour. La réduction de la luminosité entraine une diminution de la visibilité pour le conducteur et accroit les risques de somnolence. Pour assurer la sécurité routière des usagers, le Code de la route prévoit des règles à respecter en conduisant la nuit. Ces règles portent notamment sur la bonne utilisation des feux du véhicule pour mieux voir et être vu.

Sommaire :

Quels sont les risques de la conduite de nuit ?

Le manque d'expérience du conducteur

Le premier risque lié à la conduite de nuit concerne l'expérience du conducteur. Pour les usagers en période probatoire, la conduite de nuit peut s'avérer être une expérience nouvelle. En effet, les cours de conduite suivie en auto-école ainsi que l'examen pratique se font en général de jour.

Contrairement à la licence pour avion, la conduite de nuit n'est pas une compétence évaluée pour l'obtention du permis de conduire. Ainsi, un jeune conducteur peut obtenir son permis sans jamais avoir conduit de nuit.

Ce manque d'habitude peut représenter une source de stress et de désorientation des repères précédemment acquis.

Jeune conducteur en train de conduire de nuit

Une visibilité diminuée

La journée, avec de bonnes conditions météorologiques, la visibilité des conducteurs peut être optimale car la lumière du soleil éclaire l'ensemble de l'environnement. Cependant, conduire de nuit entraine une diminution de la visibilité, tout comme le fait de conduire sous la pluie ou sous la neige.

Tout d'abord, cela est dû au fait que les routes sont peu, voire non éclairées. La luminosité ainsi diminuée, les automobilistes ont plus de mal à distinguer les éléments. Dans ce cas, il est donc important de réduire sa vitesse de circulation.

Ensuite, le champ visuel exploitable des conducteurs est également réduit la nuit. Ce dernier se limite à la zone éclairée par les phares du véhicule et toutes les informations visuelles situées en dehors de cette zone ne sont pas accessibles.

En agglomération comme hors agglomération, il faut donc rester très vigilant. Par exemple, en ville, les piétons voient très bien les véhicules grâce à leurs phares et pensent ainsi être vus réciproquement, mais cela n'est pas toujours le cas.

La fatigue au volant de nuit

Un autre facteur affectant la conduite de nuit est la somnolence au volant. Un des créneaux horaires les plus favorables à l'endormissement se situe au milieu de la nuit entre 3h et 5h du matin.

Conduire de nuit favorise effectivement la fatigue au volant et ceux pour plusieurs raisons :

  • Le manque de luminosité
  • L'organisme non habitué à rester éveillé à des heures tardives
  • Le trafic fortement diminué, voire inexistant, entrainant une lassitude

Une perte d'attention, même rapide, peut entrainer un accident aux lourdes conséquences. Dès l'apparition des premiers signes d'endormissement (bâillements, paupières lourdes...), l'automobiliste doit absolument s'arrêter et se reposer.

L'éblouissement

L'éblouissement est la difficulté qu'éprouve un usager à voir clairement suite à l'exposition brutale d'une lumière vive. Il peut se produire à la sortie d'un tunnel, ou encore, à cause des phares des automobilistes dans le cas de la conduite de nuit.

Ce phénomène est dangereux, car il prive l'usager, durant environ 5 secondes, de sa capacité à distinguer les informations de conduite.

Éblouissement de nuit dû aux feux du véhicule

Comment ne pas être ébloui la nuit ?

L'automobiliste peut être ébloui directement par les phares des usagers, ou bien indirectement, via ses rétroviseurs. Pour éviter d'être ébloui par votre rétroviseur intérieur, pensez à passer celui-ci en position nuit. Pour se faire, vous devez tirer la languette qui se trouve sous celui-ci. Sur certains véhicules modernes, le passage en mode nuit peut être automatiquement géré par le rétroviseur en fonction de la luminosité perçue.

Pour éviter d'être ébloui en vision directe, ne fixez pas les phares des autres usagers. La nuit, il est possible de regarder vers le bord droit de la chaussée pour éviter d'être ébloui par les feux d'une voiture venant d'en face.

Comment ne pas éblouir les autres usagers ?

Afin de ne pas éblouir les autres usagers, assurez-vous que vos feux sont bien réglés. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une molette qui se trouve en général sous le tableau de bord. En fonction de votre chargement, vous pouvez régler la hauteur des feux.

Les maladies liées à la conduite de nuit

Pour certains usagers, conduire de nuit peut être une source de stress ou d'angoisse au volant. Pour d'autres, la conduite de nuit peut malheureusement être impossible.

Il arrive que certains conducteurs souffrent d'une maladie incompatible avec la conduite de nuit, comme l'absence de vision nocturne ou une sensibilité à l'éblouissement. Dans ce cas, conduire la nuit peut leur être interdit et la mention « conduite de jour uniquement » sera apposée sur leur permis.

Quels feux utiliser de nuit en voiture ?

Les feux disponibles sur le véhicule

De nombreux feux, qu'ils soient obligatoires ou facultatifs, sont disponibles sur les voitures. Ceux-ci permettent, en cas de conditions météorologiques difficiles ou la nuit, de mieux voir et d'être mieux vu par les autres usagers. Lorsque la luminosité est faible, rouler sans feux représente un vrai danger en matière de sécurité routière.

En ce sens, le Code de la route prévoit un allumage des feux obligatoires en fonction des conditions de conduite.

Les feux disponibles pour mieux voir et être vu sont les feux :

  • Diurnes
  • De position
  • De croisement
  • De route
  • De brouillard avant et arrière

Pour avoir une bonne visibilité, le nettoyage et l'entretien de ces feux sont très importants.

Les feux à utiliser de nuit

Les feux doivent être allumés avant la tombée de la nuit, au crépuscule, mais également à l'aube au lever du soleil.

Chaussée non éclairée

En cas de chaussée non éclairée, la règle est simple : il faut allumer les feux de route. Peu importe que l'usager circule en ville ou en agglomération, les feux de route doivent être allumés.

Hors agglomération et sur une route étroite et sinueuse, les feux de brouillard avant peuvent être allumés en complément des feux de route.

Chaussée éclairée

Sur une chaussée éclairée, en ville comme hors agglomération, le conducteur doit circuler en feux de croisement. L'utilisation des feux de position seuls est uniquement tolérée en cas de circulation en ville éclairée.

Quand passer des feux de route en feux de croisement ?

Pour ne pas éblouir les autres usagers lors de la circulation en feux de route, chaque usager doit maitriser le passage des feux de route aux feux de croisement. Les feux de route éblouissent et doivent donc être remplacés lorsque je croise un autre usager.

Croisement

Tout d'abord, dès lors que je croise un autre véhicule, je dois passer mes feux de route en feux de croisement. Cette transition doit se faire immédiatement, dès lors que j'aperçois au loin les feux d'un autre véhicule. Les feux de croisement, s'ils sont bien réglés, sont prévus pour ne pas éblouir les autres usagers.

Croisement de véhicules de nuit avec passage en feux de croisement

Dépassement

Lors du dépassement il est important, pour la voiture qui est derrière, d'être en feux de croisement et celle de devant en feux de route. Au moment où la voiture de derrière arrive au même niveau que l'autre voiture, l'interversion des feux peut s'opérer.

Dépassement d’un véhicule de nuit avec passage des feux de route en croisement

Nos conseils pour conduire la nuit

Communiquer sans bruit

Pour pouvoir communiquer la nuit, les appels de phares sont à privilégier au klaxon. La nuit, en ville comme hors agglomération, klaxonner est strictement interdit, sauf en cas de danger immédiat.

Les appels de phares sont particulièrement adaptés à la conduite de nuit. Ils sont très visibles par les usagers et permettent de délivrer un message en silence. Par exemple, si un usager venant d'en face me fait des appels de phares, je dois contrôler que je ne suis pas malencontreusement en feux de route.

Stationner dans la nuit

En stationnant de nuit, il faut s'assurer que le véhicule reste visible de tous pour éviter une collision.

En agglomération

Si le véhicule est stationné sur un emplacement délimité et prévu à cet effet, il est inutile d'allumer les feux de stationnement ou les feux de position. En revanche, si celui-ci est stationné sur la chaussée et que la luminosité ambiante est faible, le conducteur doit allumer le feu de stationnement du côté de la circulation ou ses feux de position.

Hors agglomération

Hors agglomération, le stationnement du véhicule se fait sur l'accotement. Il est donc inutile d'allumer ses feux pour signaler le véhicule. Cela induirait en erreur les usagers circulant sur la chaussée. Si vous êtes stationné sur la chaussée à cause d'une panne, signalez la voiture avec les feux de position ou de stationnement, les feux de détresse et le triangle de présignalisation.