Les limitations de vitesse prévues par le code de la route en France


  • Publié le 12 octobre 2019 par Diane Moreau, mis à jour le 03 août 2021

Les limitations de vitesse au Code de la route sont définies par des règles générales de circulation. Chaque type de route possède sa limitation de vitesse, qui peut être abaissée selon des conditions temporaires, météorologiques ou bien en fonction de l'expérience du conducteur. En plus du respect des limitations de vitesse, savoir adapter son allure en fonction des conditions de conduite est indispensable à tout conducteur.

Sommaire :

Les limitations de vitesse au Code de la route

Les limitations de vitesse au Code de la route dépendent :

  • Du type de route sur laquelle se trouve l'usager

  • De la météo

  • De l'expérience du conducteur (permis probatoire ou conducteur expérimenté)

Panneau de limitation de vitesse à 110 km/h

Des limitations générales existent pour les vitesses, mais si un panneau de limitation est présent, c’est ce dernier qui limite la vitesse de la route sur laquelle l’usager se trouve.

Panneaux de fin d'interdiction de limitation de vitesse

Si un panneau de fin d’interdiction de vitesse ou de fin de toutes les interdictions est présent, la vitesse maximale est alors celle indiquée dans le tableau ci-dessous.

Le tableau ci-dessous indique ces limitations générales :

Tableau de limitations de vitesse par type de route

Les limitations de vitesse en ville

En ville, sauf indication contraire, la limitation de vitesse est de 50 km/h pour tous les usagers.

Le panneau d'entrée d'agglomération limite la vitesse à 50 km/h et interdit l'usage du klaxon, sauf en cas de danger immédiat.

Panneaux d’entrée d’agglomération avec limitation de vitesse

Si le panneau d’entrée dans une agglomération est accompagné d’un panneau de limitation de vitesse, cette limitation concerne toute l’agglomération.

Si un panneau de limitation à 70 km/h ou toute autre limitation est implanté à l'intérieur de la ville, la limitation ne concerne que cette rue.

Les limitations de vitesse sur autoroute

Sur autoroute, pour les conducteurs expérimentés, la vitesse maximale autorisée est de 130 km/h par beau temps.

Attention, sur certaines autoroutes appelées « autoroutes périurbaines », la vitesse peut être limitée à 110 km/h même en cas de beaux temps. Dans ce cas, un panneau de signalisation indique la limitation de vitesse.

En cas de mauvais temps, comme de la pluie ou des chutes de neige, la limitation de vitesse sur autoroute passe à 110 km/h.

Attention, des limitations de vitesse ponctuelles peuvent s'appliquer notamment en cas de travaux sur la chaussée ou en cas de pic de pollution. Dans ce cas, le conducteur doit être attentif à la signalisation et adapter son allure en conséquence.

Les limitations de vitesse sur route sans séparateur central

Depuis le 1er juillet 2018, le gouvernement français a décidé de réduire la vitesse maximale autorisée sur les routes sans séparateur central. Cette baisse de limitation a pour conséquences de limiter la vitesse à 80 km/h au lieu de 90 km/h sur ce type de routes.

En cas de mauvais temps, la limitation de vitesse est toujours de 80 km/h.

Des exceptions existent en fonction du type de route et des départements concernés.

Quand rouler à 90 km ?

Sur les routes sans séparateur central, les véhicules ont la possibilité de rouler à 90 km/h, si un créneau de dépassement est disponible pour leur sens de circulation.

De plus, certains départements on fait le choix de rehausser la limitation de vitesse de 80 km/h à 90 km/h sur une partie ou sur la totalité de leurs routes départementales. Sur ce type de route, un conducteur doit toujours rester attentif à la limitation en vigueur.

Les limitations de vitesse sur route à chaussées séparées

Sur les routes à chaussées séparées telles que les voies rapides, la limitation de vitesse est fixée à 110 km/h.

Sauf indication contraire, la vitesse maximale autorisée sur une route à accès réglementée est de 110km/h. Pour rouler à cette vitesse, les deux sens de circulation doivent être séparés par un terre-plein central.

En cas de précipitations, la limitation de vitesse passe à 100 km/h.

Les limitations de vitesse pour les jeunes conducteurs

Au Code de la route, les limitations de vitesse ne sont pas les mêmes pour les jeunes conducteurs. En effet, en raison de leur inexpérience, certaines limitations sont abaissées pour les conducteurs en permis probatoire.

Les limitations de vitesse pour les jeunes conducteurs par beau temps comme par mauvais temps sont les suivantes :

  • 110 km/h sur autoroute

  • 100 km/h sur les routes à chaussées séparées

  • 80 km/h sur les routes à double sens

En ville, la limitation de vitesse reste à 50 km/h pour les jeunes conducteurs.

Quelle est la vitesse maximale autorisée quand la visibilité ne dépasse pas 50 m ?

Panneau de limitation de vitesse à 50 km/h

Lorsque la visibilité du conducteur ne dépasse pas 50 mètres et quel que soit le type de route, la vitesse est limitée à 50 km/h.

Cela signifie que même sur autoroute, en cas de mauvaise visibilité due à la pluie ou au brouillard, le conducteur doit ralentir et ne pas dépasser 50 km/h, si sa visibilité ne lui permet pas de voir au-delà de 50 mètres.

Cette règle permet au conducteur de pouvoir s'arrêter à temps en cas d'imprévu et d'éviter ainsi une collision avec le véhicule qui le précède.

Limitation de vitesse sur voie des véhicules lents

Pour les véhicules lents, tels que certains camions chargés, des voies peuvent être aménagées afin de fluidifier le trafic. Ces voies sont généralement placées à des endroits où le dénivelé est important.

Une bande blanche épaisse et discontinue matérialise ces voies.

La voie des véhicules lents est réservée aux véhicules ne dépassant pas les 60 km/h.

Adapter la vitesse de son véhicule

Calculer la distance parcourue en 1 seconde

Pour être conscient de la vitesse du véhicule, il est important de savoir combien de mètres celui-ci parcourt en 1 seconde.

Un calcul très simple permet de convertir des km/h en m/s (mètre par seconde). Ce calcul est approximatif, mais largement suffisant pour avoir une bonne idée de la vitesse du véhicule.

Il suffit de multiplier les dizaines de la vitesse actuelle (en km/h) par 3 pour avoir la vitesse en m/s.

Quelques exemples :

  • 50 km/h → 5 x 3 = 15 m/s

  • 110 km/h → 11 x 3 = 33 m/s

  • 130 km/h → 13 x 3 = 39 m/s

Sachant que le temps de réaction est d'environ 1 seconde, un conducteur roulant à 130 km/h roulera environ 40 mètres avant de pouvoir commencer à freiner en cas d'urgence.

Adapter sa vitesse à la situation (sommet, intersection, conditions météorologiques)

Les limitations de vitesse doivent être respectées par le conducteur. En cas d'excès de vitesse, celui-ci risque une amende et un retrait de points sur son permis de conduire. Les contrôles radars étant de plus en plus fréquents sur les routes de France, attention à votre allure.

Cependant, le conducteur doit avoir conscience qu'il n'est pas toujours prudent de rouler à la vitesse maximale autorisée. Certaines situations nécessitent une attention particulière de la part du conducteur, mais également une diminution de l'allure.

Lorsque la visibilité n'est pas optimale ou qu'une zone d'incertitude est présente, le conducteur doit ralentir et éventuellement positionner son pied devant le frein.

Ce sera notamment le cas, à l'approche d'une intersection, d'un sommet de côte, dans un virage ou bien en cas de chaussée glissante (gravillons, verglas, neige...).

L'importance du respect des limitations de vitesse

L'adhérence du véhicule avec la chaussée

La vitesse du véhicule joue un rôle important lors de la perte d'adhérence des pneumatiques avec le sol. En plus de la vitesse, plusieurs facteurs entrent en compte :

  • L'état de la chaussée

  • Les conditions météorologiques (chaussée sèche, mouillée, verglacée...)

  • L'état des pneumatiques

Plus ces facteurs sont en mauvais état, plus le risque de perte d'adhérence est élevé. Pour réduire ce risque, la vitesse doit être réduite.

La force centrifuge

Dans un virage, le véhicule est soumis à la force centrifuge. Cette force est opposée au sens du virage. Par exemple, lors d'un virage vers la gauche, en tant que passager on peut sentir notre corps attiré par la droite. C'est la force centrifuge.

Si le véhicule adhère suffisamment au sol, il va tourner dans le virage. Cependant, si la force centrifuge prend le dessus, le véhicule ne va plus adhérer à la route et va continuer tout droit.

Pour éviter ce scénario et éviter que la voiture ne perde l'adhérence, il suffit de réduire sa vitesse.

Force centrifuge dans un virage

L'énergie cinétique

L'énergie cinétique est l'énergie que possède un véhicule en mouvement. À l'arrêt, cette énergie est nulle. Plus le véhicule accélère et plus celui-ci accumule de l'énergie cinétique. Cela est dû au fait que l'énergie cinétique est proportionnelle au poids, mais aussi à la vitesse du véhicule.

Pour pouvoir s'arrêter, un véhicule doit donc perdre son énergie cinétique accumulée. C'est ce qui se produit lors du freinage : l'énergie est transformée en chaleur.

Lors d'un choc suite à un accident, l'énergie cinétique passe donc d'une valeur élevée à 0. Cette énergie perdue très rapidement entraine une déformation de la carrosserie et toutes les conséquences dramatiques qui peuvent en succéder.

La vitesse étant le premier facteur d'accident mortel sur les routes de France, savoir adapter sa vitesse est primordial en termes de sécurité routière.

Vous devez être un élève premium pour accéder aux QCM, suivre votre progression et valider ce cours

Se connecter