Les différents types de voies en France


  • Publié le 02 octobre 2021 par Sébastien Depardieu

Il existe de nombreux types de voies en France, chaque voie ayant son utilité et sa réglementation. On y trouve des voies rapides qui permettent de réaliser de longs trajets, comme les autoroutes, et des voies permettant une mobilité plus localisée, comme les routes communales. Les candidats au Code de la route doivent apprendre à différencier tous ces types de voies et connaître leurs spécificités pour mettre toutes les chances de leur côté le jour de l'examen.

Sommaire :

Les différentes voies du Code de la route

Les voies rapides

Les autoroutes

L'autoroute est le type de voie la plus rapide en France. Par défaut, lorsque les conditions météorologiques sont favorables, la vitesse y est limitée à 130 km/h pour les conducteurs expérimentés.

Pour pouvoir circuler sur l'autoroute, les usagers doivent généralement payer. La plupart du temps, le tarif pour utiliser l'autoroute varie en fonction de la distance parcourue.

Panneaux d’autoroute

Pour assurer la sécurité des usagers, des règles de circulation particulières doivent être respectées par les conducteurs lorsqu'ils circulent sur autoroute. Notamment, certaines manoeuvres, telles que les demi-tours, sont formellement interdites dues à la vitesse élevée des véhicules. De plus, les véhicules trop lents, comme les cyclomoteurs ou les tracteurs, sont interdits sur l'autoroute pour la même raison.

Les routes à accès réglementé

Les routes à accès réglementé sont des voies rapides dont la vitesse est limitée à 110 km/h (sauf indication contraire). À cause de cette vitesse élevée, les règles de circulation sont très proches de celles de l'autoroute. En effet, les usagers ne pouvant pas se déplacer suffisamment rapidement sont interdits sur ce type de voie. Les manoeuvres interdites sur l'autoroute, comme les demi-tours ou la circulation sur la bande d'arrêt d'urgence, sont également interdites sur les routes à accès réglementés.

Panneaux de route à accès réglementé

Plusieurs types de routes, comme des nationales ou des départementales, peuvent avoir des sections à accès réglementé.

Les boulevards périphériques

Pour désencombrer les grandes agglomérations et améliorer la fluidité du trafic routier, certaines grandes villes ont mis en place des boulevards périphériques. Il s'agit de routes ne passant pas dans l'agglomération, mais en faisant le tour.

Ce type d'infrastructure permet de proposer aux usagers des voies rapides, plutôt que des rues passant en ville. Les boulevards périphériques ont donc l'avantage d'avoir très peu d'intersections, voir aucune, et ainsi de réduire considérablement le nombre d'arrêts des véhicules, comme ça pourrait être le cas dans une rue traversant une agglomération et comportant de nombreux feux tricolores.

Panneau rocade A86

La vitesse sur les périphériques est également plus élevée qu'en agglomération et ces routes proposent généralement plusieurs voies pour chaque sens de circulation.

Les boulevards périphériques permettent ainsi d'améliorer le confort en ville en diminuant le trafic automobile. Ils permettent également d'augmenter la qualité du réseau routier pour les automobilistes circulant aux abords des agglomérations disposant d'un périphérique.

Les routes nationales

Une route nationale est une route d'importance nationale ou européenne. Ce type de voie permet de relier les grandes agglomérations entre elles. À la manière des autoroutes, les nationales permettent aux usagers de réaliser des trajets sur de grandes distances.

La vitesse sur ce type de route est limitée, par défaut, à 110 km/h s'il existe un séparateur central entre les deux sens de circulation, ou à 80 km/h s'il n'y en a pas.

Les nationales peuvent être utilisées par les conducteurs gratuitement. On notera des exceptions possibles, notamment pour utiliser des infrastructures couteuses, tels que des viaducs. Dans ce cas, un péage peut être présent pour pouvoir utiliser l'infrastructure.

Toutes les catégories de véhicules peuvent circuler sur les routes nationales, sauf sur les sections à accès réglementé.

Les routes départementales

Les routes départementales remplissent le même rôle que les routes nationales, mais à une échelle plus petite. En effet, elles permettent de relier les principales agglomérations d'un département.

La limitation de vitesse sur les départementales est généralement de 80 km/h. Lorsque plusieurs voies sont présentes pour un même sens de circulation, la vitesse est relevée à 90 km/h pour ce sens de circulation.

Certaines portions de départementales peuvent voir leur vitesse élevée à 110 km/h. C'est notamment le cas lorsqu'un terre-plein central est présent. Ces sections de départementales peuvent avoir le statut de route à accès réglementé.

Les routes communales

Une route communale est un type de voie dont l'importance est bien moins grande qu'une départementale. Ces routes permettent d'assurer la mobilité des usagers localement.

Chaque route communale est gérée par une commune. C'est donc aux communes de s'assurer de l'entretien de ce type de voie.

Les zones 30

Les zones 30 ont pour objectif d'apaiser le partage de la route entre différentes catégories d'usagers. Les zones 30 sont particulièrement présentes dans les quartiers des agglomérations où différentes catégories d'usagers sont présentes. Par exemple, aux abords des écoles ou dans les centres-ville.

La vitesse dans ces zones est limitée à 30 km/h, ce qui permet d'y améliorer la sécurité des usagers vulnérables. De plus, dans ces zones, les cyclistes sont généralement autorisés à y circuler dans les deux sens de circulation.

Panneau zone 30

Cette baisse de vitesse permet, en plus d'augmenter la sécurité, d'améliorer le confort des usagers tels que les piétons ou les cyclistes.

Les impasses

Les impasses permettent d'assurer une desserte locale, que ce soit pour des habitations, des magasins, des écoles, etc. Ce sont des rues sans issue. Ainsi, pour pouvoir ressortir d'une impasse, un automobiliste devra faire demi-tour et repasser par l'entrée de l'impasse.

Panneau impasse

Si aucune signalisation n'est présente au niveau d'une intersection avec une impasse, la règle de la priorité à droite s'applique. Il existe néanmoins des exceptions. Si la voie sans issue :

  • est un chemin de terre
  • est une voie privée
  • dessert une aire de stationnement
  • franchit un trottoir alors, les véhicules provenant de l'impasse devront céder le passage et s'engager dans la rue principale une fois que la voie est libre.

Les voies de détresse

Une voie de détresse est un type de voie particulier qui n'a pas pour but de permettre la circulation des usagers.

Comme son nom l'indique, une voie de détresse est prévue pour être utilisée par des usagers en difficulté. Elles permettent aux conducteurs, dont les freins du véhicule ne fonctionnent plus, de pouvoir s'arrêter en urgence.

Panneau voie de détresse

Les voies de détresse se trouvent à des endroits où des usagers sont susceptibles de rencontrer des problèmes de frein et qui les mettraient en danger. Par exemple, dans de longues descentes de plusieurs kilomètres.

Les autres types de voies

Les routes européennes

Une route européenne est une route dont l'importance est européenne. Elle permet de se déplacer entre plusieurs grandes villes d'Europe.

Sur le territoire Français, les routes européennes peuvent passer par des nationales ou des autoroutes. Par exemple, la route européenne 15 passe par les autoroutes : A1, A6, A7, A9 et A26.

Les numérotations des routes nationales ou des autoroutes sont indépendantes des numérotations des routes européennes.

Les routes métropolitaines

Les routes métropolitaines sont des routes gérées par des métropoles. Par exemple, les métropoles de Lyon, Brest ou encore Dijon possèdent leur propre réseau de routes métropolitaines.

Les routes forestières

Les routes forestières sont des routes qui passent dans des massifs forestiers. Ce type de voie peut posséder différents types de revêtement : du goudron, des graviers ou encore être des chemins de terre.

Comment différencier les types de routes ?

Comment savoir vers quel type de voie je me dirige ?

La couleur d'un panneau de direction permet d'avoir une information précieuse quant à la nature des routes qu'il indique.

Panneaux de direction pour plusieurs types de routes

Par exemple, un panneau à fond bleu indiquera un itinéraire autoroutier. En revanche, un panneau à fond vert indiquera un itinéraire reliant des agglomérations importantes. Cet itinéraire pourra, par exemple, passer par des routes nationales ou départementales.

Contrairement aux cartouches, les panneaux de direction n'indiquent pas précisément le type de route par laquelle passe l'itinéraire, sauf si celui-ci passe par une autoroute.

Comment savoir sur quel type de route je circule ?

Le type d'une route sur laquelle un usager circule peut être indiqué de deux façons :

  • Par un cartouche
  • Par une borne kilométrique

Les cartouches se situent au niveau des panneaux de direction, tandis que les bornes kilométriques se trouvent sur le côté de la chaussée.

Les cartouches et les bornes kilométriques sont composées de plusieurs informations :

  • La couleur du fond : qui indique le type de route
  • Une lettre : qui précise le type de route
  • Un numéro : qui indique le numéro de la route concerné

Par exemple, voici les informations qu'apporte le cartouche ci-dessous

  • Le fond rouge indique qu'il s'agit d'une autoroute ou d'une route nationale
  • La lettre A précise que la voie est une autoroute
  • Le numéro 7 indique qu'il s'agit de l'autoroute A7
Cartouche autoroute A7

Vous devez être un élève premium pour accéder aux QCM, suivre votre progression et valider ce cours

Se connecter